Publié : 21 juillet 2010
    Format PDF Enregistrer au format PDF

    Charles Roger HERISSE

    Philippe Bauduin, auteur de plusieurs ouvrages et articles sur la Seconde Guerre mondiale, a livré sur le site de Mémoire-net la biographie d’un résistant originaire de l’Eure : Charles Roger HERISSE.

    http://www.memoire-net.org/article.php3?id_article=306

    Charles Roger HERISSE
    Alias : Lepic, Dutertre, Dunois
    1896-1974
    Médaille Militaire - Croix de Guerre - 1914/1918
    Commandant de l’Armée de l’Air
    Aviateur-Résistant
    Officier de la Légion d’honneur (1945)
    Médaille de la Résistance (1945)

    Roger Hérissé né à Lisors, Eure, le 29 novembre 1896. Incorporé dans un bataillon de chasseurs à pied le 13 avril 1915 il prend part aux combats, est blessé trois fois et reçoit trois citations. Roger Hérissé s’engage dans l’aviation à Dijon le 21 février 1918. Il rejoint Istres le 24 mai 1918 où il est breveté pilote sur Nieuport 18 le 16 août 1918 avec le N° 15259. Il est nommé sergent à la fin de la Guerre. Breveté FAI : N° 14765 le 10 février 1919, il s’engage à nouveau dans l’aviation et vole sur Spad 57. Affecté à Strasbourg-Lendorff, il est nommé adjudant en 1923 et versé dans la réserve le 29 avril 1930.

    Durant les années 1920, R. Hérissé prépare une traversée de l’Atlantique en avion qu’il n’effectuera pas. Il rencontre Lindberg dont il conserve un autographe.

    Durant les années 1930, R. Hérissé se marie. Il accomplit des périodes et il est alors successivement nommé adjudant chef, en 1935 puis sous lieutenant en 1936, matricule X 50832 R. Dans le même temps, il est pilote professionnel chez Potez. Il acquiert un Potez 56 et fait du transport à la demande. Il réside notamment à Pantin, près du Bourget puis à Compiègne. Cette activité de transport commercial aurait pu se développer entre Evreux, Compiègne et Le Bourget.

    En 1939, R. Hérissé, nommé lieutenant est d’abord affecté à la BA 129 puis à Caen et enfin affecté comme lieutenant instructeur à l’école N° 17 d’Evreux. Il a notamment comme élèves : G. Barbanchon, D. Boudard, J. Hébert, R. Leblond...(Aviation Populaire).

    En 1940, avec B. du Pouget il participe, sous les bombardements allemands à l’évacuation de l’école d’Evreux. Après l’Armistice, il est démobilisé et se retire à Amiens. Recruté par R. Dumont, alias Pol, R. Hérissé entre « en Résistance » à la Confrérie Notre Dame, réseau Alliance, sous le nom de Dutertre, matricule 89044 en qualité de Chef de Mission 2e Classe.

    En 1942, R. Hérissé participe, aux côtés de Charles Chauveau et Roger Dumont, aviateur et futur Compagnon de la Libération, aux repérages et à la préparation de l’Opération Bitting, capture du radar de Bruneval dans la nuit du 27/28 février 1942.

    R. Hérissé devient chef des opérations aériennes de la CND pour les régions M1 P1. Il est alors Lieutenant, Chef de Section du BCRA du 01/12/1941 au 30/05/1944. Il dispose de 25 agents et entreprendra 10 opérations aériennes. Il recherche les terrains, organise les atterrissages et décollages des Lysander et les parachutages. Il gère aussi les transports de fonds pour le réseau. Il collabore notamment avec Claude Thierry-Mieg, alias Vaudreuil, alias Janine. Le 16 avril 1943, il participe à la récupération d’un pilote américain à Lyons-la-Forêt, opération décrite dans « The white rabbit ». Il recevra le lendemain le message convenu de la BBC : « Le petit lapin blanc est rentré au clapier ». Durant la nuit du 15/16 juin 1943, R. Hérissé part en Angleterre à bord d’un Lysander du terrain Pèche au NW de Compiègne. Le capitaine Hérissé, alias Dunois, dispose alors d’un compte à la Barclays de Londres. Infiltré par Mer le 20 août 1943, Mission Drome, il rejoint le réseau Castille. La CND est presque complètement décimée à la suite de la trahison de Tilden. Outre son rôle clé dans les opérations aériennes, R. Hérissé, qui est aussi supposé détenir d’importantes sommes d’argent, est activement recherché. Il échappe cependant à toutes les souricières.

    Par mesure de sécurité les contacts avec R. Hérissé sont volontairement rompus le 15 novembre 1943. Il rejoint alors le réseau Gallia du Colonel Franklin.

    Le 15 mars 1944, il prépare l’Opération Alexandre à Amfréville-les-Monts dans l’Eure. L’opération ne sera pas réalisée. Durant la nuit du 7/8 juillet 1944, R. Hérissé part en Angleterre du terrain Planète SE de Tours. Durant l’un de ses séjours en Angleterre, R. Hérissé est photographié en uniforme de capitaine de l’Armée de l’Air au BCRA. Il se lie alors d’amitié avec Janine Boulanger-Hoctin, VFFL, dont il sera le témoin de mariage à Paris en 1945

    R. Hérissé, affecté comme Officier de Liaison au QG de la 3e US Army, Général Patton, XIIe Corps, débarque en France le 08 août 1944. Il devra notamment faire comprendre aux officiers américains que les Alsaciens sont des Français !

    Le 12 décembre 1944, R. Hérissé est nommé à la Présidence du Gouvernement provisoire de la République. Promu Officier de la Légion d’Honneur le 29/10/1945, il est nommé Commandant de Réserve le 25/12/1945 et rayé du personnel navigant. Il totalise alors 1338 heures sur appareils militaires dont 80.50 heures de nuit et 2872 heures sur appareils civils.

    Roger Hérissé qui aura, en 1947, un fils Patrick dont le général de Gaulle devait être le parrain, décèdera le 10 octobre 1974 à Suresnes.

    Philippe Bauduin © Octobre 2006