Publié : 31 juillet 2010
    Format PDF Enregistrer au format PDF

    La Résistance dans la Manche

    Le site Wikimanche propose une rapide synthèse et indique un certain nombre de résistants du département de la Manche (des liens permettent d’accéder à leur biographie).

    http://www.wikimanche.fr/Résistance_dans_la_Manche

    "La Résistance dans la Manche a été active pendant la Seconde Guerre mondiale, même si elle s’est heurtée à l’importance des forces allemandes stationnées dans le département.
    Une quinzaine de réseaux ont pu être tout de même créés, certains très actifs. Ils n’ont cessé de compliquer ou de retarder l’approvisionnement des troupes d’occupation par de nombreux sabotages et quelques actions d’éclat. Ils ont joué également un rôle non négligeable avant le Débarquement allié du 6 juin 1944 en collectant des renseignements et en les transmettant à Londres, puis lors du Débarquement proprement dit et dans les combats qui ont suivi.
    La diffusion d’écrits clandestins (tracts, journaux...), imprimés et diffusés à grands risques, parfois dès le début de l’occupation, a permis à une partie de la population - sans cesse plus large - de se ranger, dans les faits ou dans l’esprit, du côté de la Résistance."

    Réseaux et organisations  :

    • Alliance

    • Arc-en-Ciel : Granville, Torigni-sur-Vire

    • Confrérie Notre-Dame

    • F2 ou Famille-Interallié

    • FFI (Forces françaises de l’intérieur)

    • FN (Front national de lutte pour l’indépendance de la France)

    • FTP (Francs-tireurs et partisans) : groupes de lutte armée du FN

    • Libération-Nord : Cherbourg

    • Maquis de Beaucoudray

    • Mission Hellsman : Avranches

    • OCM (Organisation civile et militaire)

    • Résistance Fer : Saint-Lô

    • Résistance PTT : Saint-Lô

    • Strang : Avranches

    • Tec : Cherbourg
    ...

    Il y avait 1 441 résistants recensés dans la Manche au 15 octobre 1943 et 1 621 au 1er juin 1944 [Raymond Ruffin, La Résistance normande face à la Gestapo, Presses de la Cité, 1977].

    Faits marquants :

    • Juillet 1940 : Médéric-Védy commence à organiser la Résistance à Cherbourg et dans les environs.

    • Juillet 1940 : des fils électriques sont coupés à Équeurdreville.

    • Septembre 1940 : André Defrance constitue dans la Manche des groupes de résistants sous l’égide du Parti communiste interdit. Des tracts sont distribués, des réunions clandestines organisées. Ces groupes formeront plus tard les premiers comités du Front national.

    • 16 octobre 1940 : un câble téléphonique est coupé à Sideville.

    • 28 octobre 1940 : des câbles téléphoniques sont coupés à Cherbourg.

    • Février 1941 : le pipe-line de la Marine est saboté à Hainneville, ainsi que des câbles téléphoniques à Cherbourg, Tonneville et Branville.

    • Mars 1941 : un stock d’armes allemandes est volé à Brix.

    • 19 mars 1941 : le tribunal militaire de Saint-Lô condamne à mort Jean Magloire Dorange et Pierre Devouassoud qui avaient tenté de rejoindre l’Angleterre le 12 février. Ils sont fusillés le 12 avril à Montebourg.

    • Mai 1941 : André Defrance organise une grève patriotique d’une journée parmi les ouvriers travaillant sur un chantier au terrain d’aviation de Gonneville-Maupertus. Le succès de cette grève, unanimement suivie, est un encouragement pour la constitution du Front national.

    • Mai 1941-décembre 1941 : implantation dans la Manche du Front national, mouvement de Résistance organisée. André Defrance en est l’initiateur et le premier responsable départemental.

    • Été 1941 : des membres des comités Front national, dirigés par Henri Corbin, coupent à Gathemo la ligne téléphonique aérienne à usage militaire (24 fils), établie par les Allemands entre Brest et Berlin.

    • Octobre 1941 : les Allemands fusillent un jeune homme accusé d’avoir coupé des câbles téléphoniques.

    • 16 mars 1942 : les Allemands fusillent Marcel Ledanois, de Valognes, pour détention d’armes.

    • Avril 1942 : sabotages de voies ferrées.

    • 21 juin 1942 : destruction d’un dépôt de matériel allemand dans les hangars de l’entreprise Grouard à Cherbourg, par le groupe Front national-FTP « Valmy ».

    • 25 juin 1942 : destruction à Coutances de stocks et de véhicules allemands stationnés place de la « Croûte ». Participent à cette opération, les résistants Fernand Charpentier et Pierre Tirel, membres d’un groupe Front national-FTP dirigé par Félix Bouffay et constitué principalement de cheminots.

    • 2 juillet : arrestation à Cherbourg de Gustave Jurczyszyn et démantèlement d’un réseau de résistance : une quarantaine d’arrestations.

    • 14 août 1942 : arrestation de Pierre Vastel à Équeurdreville.

    • 18 août 1942 : le tribunal militaire allemand de Saint-Lô condamne à mort des résistants du Front national pour « activité communiste, constitution de stocks d’armes et d’explosifs, actes de sabotage contre l’armée allemande ». Alexandre Avoyne, Félix Bouffay, Fernand Charpentier, Yves Duboscq, Maurice Lemaire (père), Raymond Potier, Léon Theil, Pierre Vastel sont fusillés le 1er octobre ; Lucien Delacour, Gustave Jurczyszyn, Maurice Lemaire (fils) sont fusillés le 24 novembre ; Louis Barbey, Stéphane Comtesse, Philibert Daireaux, Albert Delacour et Pierre Tyrel mourront dans des camps de concentration.

    • 2 novembre 1942 : Victor Lévêque est arrêté à l’intérieur de l’arsenal de Cherbourg. Il sera exécuté à Saint-Lô le 2 janvier 1943.

    • Mars 1943 : sabotages de voies ferrées.

    • 23 janvier 1944 : un soldat allemand est assassiné en pleine rue à Saint-Lô.

    • 29 janvier 1944 : six Cherbourgeois sont arrêtés par les feldgendarmes.

    • Nuit du 5-6 juin 1944 : la ligne de chemin de fer Paris-Cherbourg est dynamitée au-dessus de Carentan, ainsi que les lignes Coutances-Cherbourg et Coutances-Saint-Lô. Le câble téléphonique reliant le 84e corps allemand à Saint-Lô et la 91e division à Valognes est coupé, ainsi que le câble Saint-Lô-Jersey et le câble Cherbourg-Brest.

    • 11 juin 1944 : les Allemands procèdent à une fouille complète de Graignes pour retrouver des parachutistes américains cachés par la population, avec l’aide du réseau de résistance d’Airel. Le curé, l’abbé Leblastier, et le père Lebarbanchon, sont arrêtés et fusillés le lendemain.

    • 14 juin 1944 : 11 membres du groupe Résistance PTT de Saint-Lô sont arrêtés à Beaucoudray. Ils sont fusillés le lendemain. Ce sont : Jacques Albertini, Étienne Bobo, René Crouzeau, Alfred Guy, Jacques Hamel, Jean Lecouturier, Auguste Lerable, Francis Martin, André Patin, Raymond Robin et Jean Sanson.

    • 15 juin 1944 : des résistants abattent des arbres au Mesnil-Adelée et bloquent 18 camions allemands, qui seront détruits peu après par l’aviation américaine.

    • 22 juillet 1944 : arrestation de Maurice Marland, chef de la résistance granvillaise. Libéré, il sera assassiné un peu plus tard à La Lucerne.

    • 31 juillet 1944 : six résistants sont fusillés dans la carrière de Bourberouge à Saint-Jean-du-Corail.
    ...

    Résistants de la Manche

    par ordre alphabétique :

    • Roger Anne
    • Lionel Audigier
    • Roger Aumont
    • Alexandre Avoyne
    • Gustave Belloir
    • Jacques Bertin de la Hautière
    • Joseph Bocher
    • Raymond et Hélène Brulé
    • Daniel Cuche
    • André Defrance
    • Juliette Defrance
    • Jacques Delarue
    • Albert Desile
    • Hippolyte Gancel
    • Georges Gautier
    • Yvon Giudicelli
    • Jean Goubert
    • Pierre Hénault
    • Louis Laisney
    • Pierre Le Conte
    • Raymond Le Corre
    • Pierre Lemarchand
    • Augustin Le Maresquier
    • Pascal Lemeland
    • Marie Lesage
    • Henri Liébard
    • Maurice Marland
    • Médéric-Védy
    • Achille Mesnil
    • André Pigaux
    • Pierre Pigaux
    • Edmond-Marie Poullain
    • René Schmitt
    • Lucien Siouville
    • Pierre Vastel

    voir aussi Liste des résistants PCF et FN-FTP de la Manche :
    http://www.wikimanche.fr/Liste_des_résistants_PCF_et_FN-FTP_de_la_Manche

    Fusillés du Mont Valérien

    Quatre résistants de la Manche figurent parmi les 1 014 personnes fusillées au Mont Valérien (Hauts-de-Seine) entre le 23 mars 1941 et le 12 août 1944. 
Ce sont (entre parenthèses la date d’exécution) : Roger Bastion, chaudronnier, (21 septembre 1942) ; Marcel Bosquet, artisan sculpteur, né le 4 juillet 1901 à La Glacerie (2 décembre 1943) ; Auguste Jean, douanier, né le 1er juin 1899 à Blainville-sur-Mer (25 avril 1942) ; Achille Mesnil, arrimeur à Cherbourg, né le 27 février 1901 à Octeville (21 septembre 1942), et Marcel Simon, employé, né le 27 décembre 1899 (13 mai 1943) [Ouest-France, 4 mars 2009].

    Monuments commémoratifs

    Plusieurs monuments commémorent, dans le département, l’action et le courage des résistants :

    • À Saint-Lô, route de Tessy, au stand de tir, monument dédié aux fusillés

    • À Cherbourg-Octeville, stèle aux martyrs de la Résistance du Cotentin

    • À Beaucoudray, monument aux 11 résistants fusillés en juin 1944

    • À Granville, square Marland, monument dédié à la mémoire du résistant local Maurice Marland

    • À La Lucerne-d’Outremer, monument à la mémoire de Maurice Marland

    • À Périers, stèle aux résistants et FFL

    • À Saint-Jean-du-Corail, monument aux fusillés
    Il existe également des plaques commémoratives dans de nombreuses communes du département.

    Bibliographie

    Livres

    • Abbé David, Du bagne français au bagne nazi, éd. Leclerc, 1950 (sur la résistance des catholiques dans la Manche)

    • Marcel Leclerc, La Résistance dans la Manche, 1980, réédition 2004 Inédits et introuvables du patrimoine normand

    • Raymond Ruffin, La Résistance normande face à la Gestapo, Presses de la Cité, 1977

    • André Picquenot, Cherbourg sous l’occupation, éd. Ouest-France, 1983

    • André Debon, Louis Pinson, La Résistance dans le bocage normand, éd. Tiresias, 1998

    • Dominique François, L’Affaire Jurczyszyn, éd. Eurocibles, 2009

    Articles :

    • Albert Desile, « C’était à l’aube qu’on les fusillait », La Manche Libre, 7 juin 1953

    • Tout sur la Manche, Revue du département de la Manche, n° 113-114-115, 1987

    • Michel Boivin, « Les résistants manchois, 1940-1944 », Société d’archéologie et d’histoire de la Manche, 1994

    Liens internet :

    • Résistance à Canisy : http://www.wikimanche.fr/Résistance_à_Canisy

    • Site privé sur les fusillés de Beaucoudray : http://beaucoudray.free.fr/

    • La Résistance dans le bocage : http://beaucoudray.free.fr/bocage.htm

    CD-Rom :

    Base unique d’informations sur la Résistance dans la Manche, un cédérom accompagné d’un livret pédagogique :

    http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichebiblio.php?idPage=2504&idBiblio=398&idLang=fr

    Deux grandes entrées thématiques : « Aspects de la Résistance » et « La Résistance dans son environnement », des index « Lieux », « Chronologie », « Personnes », des outils pédagogiques « Atlas », « Recherche », « Glossaire », « Médiathèque », « Sources », « Classeur » et « Aide », des biographies de résistants et résistantes, une collection de documents d’archives et privés (photographies, lettres, témoignages, documents sonores...), une chronologie détaillée, près de 600 fiches, des cartes interactives...

    Réalisé par l’Association Résistance et Mémoire, dans le cadre de la campagne nationale de l’AERI (Association pour des Etudes sur la Résistance Intérieure), sous l’égide du comité historique et pédagogique de la Fondation de la Résistance présidé par René Rémond.