Vous êtes ici : Accueil > Informations pratiques > 4- C.D.I. > Charlotte ERLIH au CDI
Publié : 2 juin 2016
Format PDF Enregistrer au format PDF

Charlotte ERLIH au CDI

Le jeudi 26 mai 2016, les élèves de la classe de 2de 7 ont enfin pu rencontrer la romancière Charlotte ERLIH au CDI. Après avoir lu un de ses romans parus aux éditions Actes-Sud Junior Highline ou 20 Pieds sous Terre, ils ont découvert l’univers particulier de son premier roman Bacha Posh. « Filles déguisées en garçon », dès leur plus jeune âge, les Bacha Posh acquièrent le droit de travailler à l’extérieur du foyer afin de subvenir aux besoins de leurs parents. Ce phénomène est très fréquent en Afghanistan où une famille sans héritier mâle est considérée comme une honte.

Les élèves ont posé beaucoup de questions sur les romans mais aussi sur le métier d’écrivain. Ainsi avons-nous appris qu’elle travaille entre 4 et 6 heures par jour et qu’elle a mis un an et demi pour écrire Bacha Posh et dix mois pour écrire 20 Pieds sous terre, deux romans qui ont nécessité des recherches approfondies sur l’Afghanistan et l’univers des grapheurs.

C’est un voyage à Berlin qui lui a donné l’idée d’écrire sur le monde des grapheurs. Berlin recèle beaucoup de tags qui ne sont pas effacés contrairement à ceux de Paris considérée comme une ville musée. Qui sont les tagueurs ? Comment font-ils pour créer ces dessins ? Pour répondre à ces problématiques, Charlotte ERLIH s’est inspirée du livre d’archives photographiques d’un ancien taggueur du métro parisien intitulé Descente interdite de Karim BOUKERCHA qui lui a aussi fait découvrir le langage des grapheurs dont elle a repris des expressions dans 20 Pieds sous terre.

A la question « Que représente pour vous le fait d’écrire ? » elle répond « exprimer une sensibilité et la volonté de changer le regard des gens sur notre société » sur des sujets comme l’intolérance ou la dénonciation de l’homophobie. Pour elle « se mettre à la place des personnages » est une nécessité même dans le cas de ceux dont elle dénonce les comportements.
Ses conseils pour écrire : ne pas hésiter et se lancer. Les diplômes ne sont pas nécessaires pour envoyer un manuscrit à un éditeur mais les études donnent les outils nécessaires à l’écriture.
H. Vadans

Voir en ligne : Charlotte ERLIH chez Actes Sud Junior